Accueil > Sans-Titre(s) > Sans-Titre XV

Sans-Titre XV

lundi 23 février 2009, par js.bach

métro luisant dispute le drame s’ouvre la tragédie est grecque les larmes sont de sortie odeurs nauséabondes

Elle vient de découvrir que son petit ami a dragué sa soeur — et, qui sait, peut-être pire.

Lui se défend. Non, ce n’était pas de la drague — ça ne tient pas — les aveux vont croissants :

Oui, je l’ai draguée, mais c’était sans y penser, par jeu / pour le plaisir ludique de séduire / sans penser à mal / innocent et sans dessein.

Oui, j’ai eu — j’ai senti / j’ai aimé — un petit truc pour elle... Mais rien ne s’est passé, je t’assure.

Mais que dis-tu non jamais enfin tu me connais jamais je ne ferais ça.

Oui, d’accord, on s’est embrassé / on s’est longuement embrassé / on a passé la soirée ensemble / on a couché ensemble / ce n’était qu’une histoire d’un soir / de plusieurs soirs... Mais toi aussi, tu m’as trompé, rien qu’en intention tu m’as trompé, avec ce type infâme et cet autre-là à qui tu montrais tes jambes / tu t’amusais à montrer tes jambes / tu t’amusais de ce que ta jupe glisse et dévoile tes jambes — tu voyais qu’il regardait, tu m’as trompé toi aussi, rien qu’en intention et que sais-je d’ailleurs, peut-être pire.

Elle proteste, pleure de plus belle — le métro est froid, indifférent, il sent mauvais et s’en fout — et les autres, eux aussi, n’en ont que faire, seulement ils sont dérangés de leur somnolence / lecture / jeux de séductions / regards — lèvent la tête / tournent la tête pour voir — voyeur — le spectacle / mieux écouter en voyant les visages / lèvres — combler les silences et les bribes étouffées par les Fa bécarre trop bas / Sol bémol trop haut du métro.

La porte se referme, on entend encore ses sanglots étouffés derrière le claquement / roulement / accélération.