{process=oui}
Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Inachevé.net

  • Samedi 6 juin

    | The Virus Diaries | 6 juin 2020

    Et puis on s’habitua — Chapitre 4

    Les intelligences artificielles connaissaient ce principe des marieuses par deux biais différents. D’abord par toute la littérature agronomique qu’elles avaient pu engranger au fil des ans, que ce soit par le biais de leurs créateurs, ou par leurs propres recherches — ce qui, par ailleurs, leur avait permis d’adopter l’approche raisonnée de la recherche d’un équilibre au sein des nouveaux écosystèmes. Ensuite grâce à la littérature tout court, où les mariages arrangés, marieuses et autres (...)

    Lire la suite...

  • Vendredi 5 juin

    | The Virus Diaries | 5 juin 2020

    General Pause — Chapitre 15

    Une hypothèse très sérieuse est liée à la pollution atmosphérique : des particules émises par les industries ou les transports routiers auraient servi de catalyseurs aux effets de la drogue, accélérant et aggravant ses effets hallucinatoires et délétères, tout en provoquant, fait extraordinaire, une forme de contagion des effets de la drogue. Mais l’hypothèse la plus probable reste celle d’une contagiosité via des ondes électromagnétiques, portées soit par des réseaux de fils de (...)

    Lire la suite...

  • Jeudi 4 juin

    | The Virus Diaries | 4 juin 2020

    Et puis on s’habitua — Chapitre 3

    Ainsi la ville s’assoupit. Dehors, le vert reparut, reprit ses droits. La moindre anfractuosité dans la pierre ou le bitume fut bientôt envahie de touffes d’herbes folles. Incontrôlée, la croissance des arbres transforma les avenues en petits bois de plus en plus serrés. Le gonflement des racines craquelait chaque jour un peu plus les chaussées, chaque fissure étant immédiatement fouillée et retournée par les animaux qui prenaient leurs aises — puis retournée à la verdure. Les animaux, (...)

    Lire la suite...

  • Mercredi 3 juin

    | The Virus Diaries | 3 juin 2020

    Routine sur route glissante

    Nous sommes tous, quasi sans exception, des créatures d’habitudes. Y compris ceux qui clament aimer et ne vivre que pour l’inattendu. Au vrai, l’inattendu vécu au quotidien, voire attendu au quotidien, est-il autre chose qu’une habitude ? Immédiatement, même si ça n’a pas beaucoup de rapport, mes pensées vont, presque nostalgique, aux délices du Rivage des Syrtes de Julien Gracq, et, dans une moindre mesure, au Désert des Tartares de Dino Buzzati, ainsi (...)

    Lire la suite...

  • Mardi 2 juin

    | The Virus Diaries | 2 juin 2020

    General Pause — Chapitre 14

    Cela étant, pendant fort longtemps, cette drogue fut sous contrôle. Malgré un coût à l’achat somme toute modique, sa diffusion fut maîtrisée. Même lorsque le génie sapiens en permit la reproductibilité industrielle, se dégâts furent limités. Il convient toutefois de noter quelques explosions épidémiques localisées, de plus ou moins vaste ampleur. Citons par exemple la célèbre explosion épidémique de Woodstock en l’an 1969 de l’ère catastrosapiensienne, largement commentée (...)

    Lire la suite...

  • Lundi 1er juin

    | The Virus Diaries | 1er juin 2020

    Scientifique née

    À l’heure où la méthode scientifique est placée comme jamais sous le feu des projecteurs, et en dépit des efforts de certains de s’en affranchir, de la tordre pour servir leurs propres desseins, ou de la faire entrer au chausse-pied dans leurs visions étriquées du monde, je me trouve ébahi, et un bras abruti, face à une constatation fascinante : nous sommes tous des scientifiques nés. Il suffit de regarder les bébés ! Alors oui, peut-être, vous avez raison : ils manquent un peu de rigueur (...)

    Lire la suite...

  • Dimanche 31 mai

    | The Virus Diaries | 31 mai 2020

    Astronaute née

    On a parfois le sentiment que les bébés vivent et évoluent en apesanteur. Quand on les voit allongés, c’est particulièrement évident : la manière dont ils lèvent leurs jambes et les balancent dans l’air au-dessus d’eux, basculant sur leur dos à la manière d’un bilboquet. Ou cette main portée (et longuement maintenue) au niveau du visage, portant le doudou à la bouche, ou son étiquette sous le nez, le bras levé comme si aucun poids ne le ramenait vers le bas. L’impression est encore (...)

    Lire la suite...



Dernier ajout : 6 juin. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.