Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

24 juillet 2007 — 21 h 40

13 juillet 2008

Retour de Festival

Vu ce soir The Bubble. Forte impression. Des intrigues fort communes, pleines de bons sentiments — qu’on n’accepterait sans doute pas d’un film « commun », à moins d’être traitées avec un doigté extrême, une esthétique envoûtante ou une sobriété nue — mais qui sont là plongées dans le climat à la fois léger, pétillant, angoissant et éphémère d’une Tel Aviv qui se rêverait occidentale, hors de « tout ça », de la politique et du reste. La fin est un peu en queue de poisson, à la fois surprenante et attendue, laissant un goût douceâtre, mi-déçu, mi-satisfait, mi-bouleversé par une telle évidence, révolté par toutes les coïncidences (qu’on n’accepterait certainement pas dans un autre film, qui se passerait dans un autre pays, plus paisible) sur lequel repose la faiblesse du scénario.

Une insouciance, une parenthèse enchantée, mal vécue, malmenée par le monde. « I love love Tel Aviv. »

Mais tout cela m’écarte sérieusement de tout travail littéraire productif. Etrange comme on peut se perdre en même temps que paraître (et se convaincre presque) mener sa barque avec assurance. Depuis combien de temps n’ai-je rien touché à mes travaux ? Certes, d’autres activités — journalistique surtout — m’accaparent, mais tout de même. Cette maturation est bien longue et bien paresseuse.

Et les questions qui me hantent quotidiennement ont bien peu de rapport avec tout ça : Qui voir ? Que manger ? Où aller, maintenant, pour meubler la soirée ? Voyons voir, un regard alentour, une gorgée, indifférence des visages, des cheveux, des cris mêlés. Tant pis.



Dernier ajout : 22 novembre. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.