Accueil > The Virus Diaries > Samedi 18 avril

Samedi 18 avril

Lecture(s)

samedi 18 avril 2020, par js.bach

Je ne sais pourquoi (ah bon ?), mon aîné, qui est en CP, passe beaucoup de temps à lire ces temps-ci… Ce n’est pas pour me déplaire — ce que je lui dis : je suis très heureux de constater qu’il aime lire, d’autant plus en tant qu’écrivain : cela me rassure quant à la pérennité de mon job. Il me répond que, pourtant, ce n’est pas lui qui me fera vivre : a priori, je lui offrirai les livres que j’écris, il ne les achètera pas. Pas faux. Il est rusé, le malin.
Depuis quelques jours, il apprécie particulièrement se plonger dans Astérix : lors de nos rendez-vous vidéo quotidiens avec ses grands-parents, le rituel s’est inversé. C’est à présent lui qui leur lit une livre — ou plutôt, une bande dessinée. Ce que voyant, son cadet a voulu faire de même. Ce qu’il fait fort bien, au reste. Certes, il est en petite section de maternelle et ne sait pas lire. Mais il a une mémoire phénoménale, et récite, par cœur, des histoires entières, sans jamais se tromper ou presque, et régurgitant ainsi un vocabulaire absolument inattendu — voire tout à fait incongru — dans la bouche d’un si jeune garçon. C’est une expérience absolument fascinante !
Pour revenir à l’aîné, ce matin, il a dévoré deux albums entiers — Astérix chez les Goths et Astérix aux Jeux Olympiques — en un temps record. Qui a soulevé quelques interrogations. Et la réponse est oui : il nous l’a avoué : bien souvent, il se contente de regarder les images. Et là, alarme dans le cerveau du père soucieux des apprentissages : mais non, il faut lire ! Et je m’aperçois aussitôt de l’erreur que représente mon réflexe (qui tient peut-être aussi de mon propre rapport à l’écrit, sans doute un peu obsessionnel et compulsif) ; qu’importe qu’il lise tout dès à présent ! L’essentiel est qu’il aime. Il reviendra certainement à ces albums et, à force d’y revenir, prendra goût également à lire toutes les bulles, tous les cartouches.
Essayons donc, surtout dans les circonstances actuelles, de faire preuve de discrétion dans l’éducation : menus encouragements et félicitations, pas de pression, laisser faire ce naturel qui penche de toute façon du bon côté, je le sens.