Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Art contemporain

Dernier ajout : 18 septembre 2020.

Ici sont réunis, et remis en forme, les fragments d’un texte rédigé au fil de l’eau pendant les mois plombés par la Covid-19. Comme un pied de nez à l’époque, cette fiction est née de deux contraintes majeures : l’unité de lieu d’abord (avec cette image d’un truc monumental posé au milieu de nulle part), et ensuite en prenant (avec un malin plaisir) le contrepied du principe du rasoir d’occam, qui veut que l’explication la plus probable d’un phénomène est généralement la plus simple (par exemple, dans nos contrées, si l’on entend des bruits de sabots, on pensera plutôt à un cheval qu’à un zèbre).

Autres titres possibles :
Rasoir d’Occam
Étonnant, non ? (petit hommage à l’immense Pierre Desproges)


| Un texte au hasard |

0 | 7

  • 4

    18 septembre 2020

    S’agissant de techniques, celles des peintures polychromes qui ornent les parois du monument dans son tiers inférieur nous laissent également sans voix. Si l’on en croit les estimations de l’âge du monument — et si l’on admet, comme toutes les analyses nous invitent à le croire, qu’elles ont été réalisées à l’époque de l’édification — ces vernis ont résisté à plusieurs milliers d’années. Combien d’assauts ont-ils subi, de la part des intempéries, du soleil, de la faune ou de la flore ? (...)

    Lire la suite...

  • VII

    18 septembre 2020

    « Ah, vous voulez parler de cette branche du V qui est cassée, tout là-haut, et qui pend comme de désespoir ? Si c’était effectivement une sculpture, quelle symbolique, non ? Oui, je sais, mais non : ce n’est ni la fusillade, ni les coups donnés dans le béton pour dégager le cadavre qui ont fait ça. C’est arrivé quelques années après. Même si on peut dire que c’est lié. En partie. « Cet été là, entre la fusillade, l’enquête et le chantier du beauf, le tourisme en a pris un coup. Ça ne s’est (...)

    Lire la suite...

  • VI

    18 septembre 2020

    « L’argent ? Oui, oui. Finalement, les journalistes qui ont enquêté sur l’affaire ont réussi à trouver d’où il venait et ce qu’il était devenu. Et, devinez quoi, ça nous ramène encore une fois à notre pile de pont ! « Parce que le beauf en question dirigeait un bureau d’étude spécialisé dans les travaux publics. Avec le Président de région, ils avaient imaginé tout un stratagème. D’abord, ils ont faussé la compétition pour que le beau-frère remporte le marché public. Pour l’animal politique (...)

    Lire la suite...

  • 3

    17 septembre 2020

    À présent que le tableau est dressé, examinons les diverses énigmes posées par ce monument. Et d’abord sa construction. À l’instar d’autres artefacts uniques en leurs genres, comme ces taciturnes et énigmatiques statues découvertes en 1560 AR au milieu du Grand Océan, l’édification de ce gigantesque piquet au milieu de nulle part interroge. D’autant que, selon toute probabilité, les paléoclimatologues situent cette construction au cœur de l’une des (...)

    Lire la suite...

  • V

    17 septembre 2020

    « C’est d’autant plus fou que, après ça, quand les flics sont venus pour leur enquête, ils ont fait une découverte hallucinante. Les rafales de mitraillette avaient tellement entamé le béton, qu’elles avaient découvert un truc caché à l’intérieur. « C’était là, vous voyez ? Il ne reste plus qu’un gros trou dans le béton. « Oui, c’est assez haut, environ au quart de la hauteur. Ça fait bien 50 mètres, déjà. Ils ont dû grimper. C’est comme ça qu’ils s’en sont aperçus d’ailleurs. Les gendarmes (...)

    Lire la suite...

  • 2

    16 septembre 2020

    Aujourd’hui encore, il est difficile de le décrire. La forêt secondaire est si touffue et les plantes grimpantes s’enroulent tant et tant autour de lui qu’on n’a jamais pu l’embrasser d’un coup d’un seul du regard dans son entier. Toutes les tentatives qui ont été faites de le dégager de sa gangue de végétation ont été vaines : même lorsqu’on parvient à se débarrasser de quelques plantes grimpantes, les plantes voisines et intelligentes, qui (...)

    Lire la suite...

  • IV

    15 septembre 2020

    « Ces trous, là ? Non, ce n’est pas l’accident du camion. D’ailleurs, vous voyez bien : ils sont plein de peinture. Ça veut bien dire qu’ils étaient déjà là à ce moment. Non, ils sont arrivés bien avant. Y avait encore de l’eau au fond du canyon à cette époque. « La pile était un lieu idéal pour ouvrir une échoppe pour les touristes qui venaient encore. La rivière était en contrebas. De la pile, on pouvait y accéder sans problème et rapidement à pied, mais on était à l’abri de ses crues et (...)

    Lire la suite...

0 | 7



Dernier ajout : 19 septembre. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.