Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Glissement

11 mai 2010

depuis ce coup violent sur la tête, reçu en pleine contemplation, on lui trouvait un je ne sais quoi de changé, de différent. imperceptible. ineffable. on ne parvenait à mettre le doigt dessus que quand on lisait ce qui sortait de dessous sa plume.

quelque chose de lacunaire. quelques lettres lui échappaient. au détour d’une phrase, une lettre escamotée. on ne pouvait pas parler de fautes de grammaire — c’était rarement des oublis de s au pluriel, ou autres fautes d’accord — ni même d’erreurs d’inattention, plus ou moins phonétique.

non. juste une épuration apparemment arbitraire de la langue, qui n’en changeait ni le sens ni le son. une lettre se transformait en une autre, nouvelle, inédite : un h non affuté, un s sans sa queue, un d sans son ventre.

et le mot devenait autre, toujours compréhensible, dans la vitesse de la lecture. trop vite écrit, trop rapidement lu. de ses lèvres, le verbe aussi commença de tomber en ruine. quelques poussières discrètes d’abord, bientôt suivi de larges pans de plâtres, de liants — article, puis adverbes — on crut d’abord à une plaisanterie, un parler petit nègre, la qualité des raisonnements restant intacte. puis le toit s’éventra, les colonnes, murs porteurs s’effondrèrent, et le langage en ruine s’étalait sous nos pieds.



Dernier ajout : 21 novembre. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.