Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Esquisse(s)

26 mars 2010

Quelques hommes la regardent.

Elle le sait.

Ajuste de deux doigts délicats une mèche qu’elle croit rebelle et qui lui retombe aussitôt sur le front. Attire le regard sur son regard sans apprêt.

Tête rentrée dans les épaules, buste en avant, pas rapide, nerveux, le casque noir de cheveux bouclés comme indifférent aux bourrasques de vent, yeux cillés, visage fermé, prise dans le quotidien, occupée ailleurs pour son trajet pressé.

Debout, grande, exposée à tous, large décolleté porté sans ostentation mais avec savoir. Elle sait ce qu’elle peut en faire, l’effet produit par la naissance veloutée de sa poitrine, et l’ombre qui joue entre ses seins. Ne s’en préoccupe pas, vaque, mais son corps, ses épaules et ses bras, s’en occupent à sa place, le soignent, le modèlent au gré des mouvements.

Assurance factice, qui cache pourtant bien son petit malaise, ce petit malaise mêlé de plaisir diffus de se savoir sous le regard.

Sourire large, qui fend son visage d’une beauté qu’il n’a pas au repos. Les lignes sans grâce particulière saisissant alors l’éclat de la lumière, la blancheur des dents.

Bientôt, elle sort d’elle-même, toujours plongée dans sa conversation, elle entre en représentation, pense et polit ses poses, prévient ses gestes, qu’ils ne s’échappent pas, en laisse échapper quelques uns, un rire, un nez qui gratte. Sans maquillage, ses yeux s’approfondissent, se posent plus longuement, plus insistant — elle voudrait les charger de mystères ténébreux.

Fait tomber le gilet, découvre ses épaules larges et généreuses, devient estivale.

Une frange, un visage lisse, sans expression, un apprêt statuaire des épaules, un rire de balancier.

La bouche est petite lorsqu’elle ne sourit pas, lèvres détendue, la supérieure comme un tissu soulevé par une vague paresseuse, les traits grossièrissent à vue d’œil, à mesure que s’installe la fatigue.

Assurance devient orgueil — l’arrogance n’est pas loin. Sans la distance, elle aurait depuis longtemps dressé ses barrières.

Nantes.



Dernier ajout : 21 novembre. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.