Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Bien agiter avant de servir — Servir très frais !

27 février 2010

Episode XI

Je suis perdu — sans allemand. Petit nègre infâme, sans résistance. Irrésistible, ou très résistible — paraitrait que ce serait la même chose. Moi, j’en sais rien, je suis perdu. C’est trop long, c’est trop énorme, c’est trop de choses, je suis débordé. Machiavélique petit caïd, qui fait la traite des légumes et des canapés (les deux) (dans un sens et dans l’autre). Ça brille, ça hurle, ça féconde de mort (et pourquoi pas ?). Faudrait faire un pas (de côté, de loin, d’arriéré de salaire), voir le Massacre, avec un ballon qui flotte au-dessus (c’est ainsi, c’est l’image, qui peux-je ?). D’Ubu à D’Hui, il n’y a qu’un pas — celui de l’absurde, qui n’en peut mais, et pourtant.

Non, non, vraiment, il faut faire un pas. Deux même. S’élever. Du haut d’un clocher, d’une tour, d’un campanile, par exemple, on peut s’amuser. On fait tomber des objets, trainer quelques fils. Et puis on regarde, on met deux bouts de verre l’un sur l’autre, pour jouer avec le soleil et la Lune, les amener l’un sur l’autre, l’un autour de l’autre. On prétend, on prétend qu’on a peur, puis on a peur tout court — fallait pas courir après les profits, ne pas s’exalter ensuite — l’exaltation, par laquelle le malheur arrive, le pauvre. On bute soudain sur un mur.

C’est mur un de partage, un mur berlinois, sans doute, mais pas à Berlin. Un mur d’Hadrien, d’Aurélien, de Vespasien, un mur de Beurre, pour bien séparer les bons des mauvais. Un mur de névroses, qu’on ne saurait dépasser dans un monde qui n’en a pas fini de devenir fou (et pourtant, ce n’est pas faute d’essayer). Mais c’est un mur qui, une fois franchi, dévoile la plus exquise des extases, la plus excitante des délices (piège), un mur d’imagination et de fantasme, qui se referme aussitôt, pas le choix, malgré tous les tâtonnements, toutes les aspérités.

Ainsi certains rendez-vous sont inlassablement ratés — répétition, monotonie, océan de son sans espoir d’une respiration. Certaines urgences sont vaines et pourtant essentielles.



Dernier ajout : 21 juillet. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.