Accueil > T.A.B.P. > 15 janvier 2008 — 23 h 00

15 janvier 2008 — 23 h 00

mercredi 21 janvier 2009, par js.bach

Fragments de quoi ? Fragments de vie, de désir, de relation. Fragments d’instantanés, fragments de rire. Bribe d’un discours qui part et qui coule. Bribes brèves, le temps d’un coup d’œil. Bribes de théories, de parcours tronçon — tablée, fournée.

Toujours ce désir de savoir où ça va, où ça se termine, que le fragment frustre — on n’ira pas au bout. On s’arrêtera en chemin. On interrompra la phrase, la conversation car on ne saura plus quoi dire ou, pire, parce qu’on n’aura plus rien à boire. Comme un crédit nécessaire pour jouer ?

« Vous voulez rejouer ? reprenez un verre… » Que fait-on quand n’a plus rien à se dire et que le silence pèse, gêne ? Que fait un couple en goguette, qui est peut-être tout neuf, ou même en devenir, quand plus aucun mot ne sort ? On n’ose plus se regarder, on porte la main à la bouche, les yeux sont écarquillés, vides, dans une pose que l’on croit pensive. Puis, enfin, on décide de mettre un terme à cette torture et on part. Au lit, au moins, rien besoin de dire. On baise, on se rassure, on se console, puis on s’endort. Au matin, on mettra sur le compte du « mal réveillé » ou du « ne me cause pas avant mon café » ce mutisme têtu dans lequel on se plonge, sans sourire ni plaisir. Systématique (dommage).